L'AMBRE

 

Son nom polonais “bursztyn” vient du mot allemand “bornstein” - la pierre brûlante.

Une légende dit que se serait les larmes des sœurs de Phaéton, fils d'Hélios, mort en ayant voulu conduire le char solaire de son père, qui seraient l'Ambre d'aujourd'hui...

L'Ambre de la Baltique serait chargé de légendes et de mystères car il contient la "lumière du monde", cet Ambre que les riverains de la Mer baltique surnomment encore aujourd'hui "les larmes des oiseaux de mer". Les hommes ont toujours été fascinés par l'Ambre auquel ils ont très tôt, attribué des pouvoirs magiques et quasi divins.

Dès l'âge de pierre il fut utilisé dans un but décoratif et curatif et fit l'objet, durant l'Antiquité d'un commerce important. En Europe, on le trouve dès le Néolithique, mais il est surtout abondant à l'âge du bronze, les sites Mycéniens de la Grèce, particulièrement les tombes à Tholos ont livré de l'Ambre en abondance (perles de colliers,...) On en a retrouvé à Mycènes, en Grèce, en Crête, en Italie, en Irlande, dans la Péninsule Ibérique, en Allemagne,... mais aussi en Inde et en Perse, .... L'analyse chimique a montré que la majorité de l'Ambre du monde méditerranéen provient de la Baltique!

On a retrouvé en grande partie les Routes de l'Ambre de la Baltique qui traversaient la Pologne, l'Allemagne et la Yougoslavie,... A l'autre bout du monde antique, l'Ambre est mentionné dans les textes Chinois à l'époque des HAN deux siècles av. notre ère. Il provenait de la Baltique et passait par la Russie et le Cachemire avant d'arriver en Chine.

Aristote le classait parmi les substances végétales et en parallèle avec ces autres résines que sont la myrrhe et l'encens. Thalès découvre que l'Ambre attire les corps légers lorsqu'on le frotte fortement : l'Ambre est donc doué de propriétés électrostatiques. L'Ambre en Grec se dit "àlektron" dont est dérivé les mots "électron" et "électricité". Le savant Russe Lomonosov considérait que l'Ambre était une résine fossile provenant d'un arbre, opinion confirmée en 1811 par le savant Wrede.

Il y a 40 millions d'années, les régions du centre et du nord de l'Europe étaient couvertes de forêts de pins et d'épicéas; 10 millions d'années plus tard, ces forêts furent en partie englouties par les eaux. Ce qui explique la richesse en Ambre du littoral de la Baltique, l'Ambre est une résine fossilisée, dans laquelle on retrouve parfois divers insectes qui attirés par son odeur en sont restés prisonniers, comme ont pu être inclus par dépôt, des feuilles, bois, pollens, plumes,... La Résine, qui est un excellent agent de fossilisation a conservé ces différentes inclusions animales et végétales. Puis, suivant un processus très long et faisant intervenir de nombreux éléments, la résine au bout de plusieurs millions d'années se transforme en Ambre.

A l'état naturel, les modules d'Ambre sont translucides, transparents, même trouble, avec des colorations diverses entre le brun rougeâtre et la teinte miel résultant de la quantité et du contenu des bulles qui y sont emprisonnées. Ce qui donne une infinie variété de tons et de nuances qui changent en fonction de la lumière que les frappe. La résine fossilisée devient un minéral qu'il est facile de tailler et séduit par sa couleur et son éclat. Devant tant de beauté, l'homme se sert de l'Ambre pour en faire des parures, des bijoux (boucles d'oreilles, colliers, perles...). Les Gaulois portaient des talismans en Ambre, les Vikings également, c'était d'ailleurs leur ornement favori, les Romaines en mettaient dans leurs cheveux, avec des perles fines ou portaient l'Ambre autour du cou pour éloigner les mauvais esprits. Au Moyen-Âge les artisans de Bruges se rendirent célèbres par la fabrication de chapelets d'Ambre diffusés par les chevaliers Teutoniques. Au Maroc, les petites mains porte-bonheur en Ambre (Khansas) annihilent les actions malfaisantes des Djinns. On se servit de l'Ambre pour confectionner les embouts des narguilés...

Brûlée, l'Ambre dégage un parfum aimé des Dieux. Les Romains et Néron en particulier, faisaient brûler de l'Ambre comme de l'encens. L'Ambre avait aussi des vertus thérapeutiques nombreuses, certaines quelque peu illusoires, mais les légendes ont la peau dure et sont tellement belles...

L'Ambre de la Baltique pour activer la circulation du sang, calmer la fièvre et les infections, pour l'asthme et les voies respiratoires, donner des forces et combattre la fatigue, contre le stress et la dépression, pour agir sur les glandes endocrines, soigner la vue, contre les irritations de la peau...

Dans les campagnes, on offre un collier d'Ambre aux nouveau-nés pour les fortifier et les aider à dormir. Cette pratique a encore cours dans certains pays méridionaux pour faciliter la pousse des dents de l'enfant ou lui épargner les irritations de la peau. Ses vertues s'offrent aussi aux foals et poulains. Nous pourrions énumérer encore bien d'autres vertus thérapeutiques réelles ou illusoires, de l'Ambre pour bien montrer la puissance magique et les pouvoirs qu'on lui prêtait, à toutes les époques et dans tous les pays, dans les mythologies et dans certaines religions. L'histoire de l'Ambre est bien une histoire extraordinaire qui a alimenté l'univers magique de tous les hommes depuis des millénaires.

L'Ambre "de la Baltique" provient soit de la Mer baltique - Russie (Kaliningrad), des pays baltes ou de Pologne.

L'Ambre se marie à merveille avec l'Argent, celui-ci amplifiant ses effets.

A purifier très souvent car l'Ambre se charge rapidement des ondes négatives émanant d'un cheval stressé ou malade, de celle de son soigneur et cavalier pour les rediffuser sur lui.